Nous ne mourons pas, nous traduisons

Crédit: Anna Parini

L’histoire de l’humanité est remplie d’effroi, de crainte et de culte de la mort. La crainte représente notre peur du vide au-delà de la mort; la crainte constitue le pouvoir prétendument exercé par la mort, et le culte symbolise notre propension à nous incliner devant des forces indépendantes de notre volonté.

Pourtant, de toutes nos insécurités disproportionnées, il n'est pas nécessaire d'être religieux pour voir que la mort n'est pas la fin. C'est peut-être la fin de la vie, comme nous le savons, mais ce n'est certainement pas la fin de nous.

La position religieuse sur la mort et la vie après la mort ne nécessite aucune explication ici.

La vision scientifique largement acceptée ne prétend rien au-delà de la mort. Très franchement, cette vision est trop pessimiste et quelque peu incompatible avec quelques idées scientifiques (à savoir les lois sur la conservation).

Je pense que la vision scientifique actuelle néglige légèrement les lois de conservation - à savoir la conservation de l'énergie. Cette première loi de la thermodynamique énonce avec force que l’énergie peut être transformée d’une forme à l’autre mais ne peut être ni créée ni détruite. Cette loi fournit une base valable pour la persistance après la mort.

Si nous considérons chaque être vivant comme un système dans un système plus grand, qui est encore dans un système plus grand, alors la traduction de l’énergie de notre système plus petit en un système plus grand au moment de la mort est indéniable.

En d'autres termes, imaginons que chaque vie est un système plus petit dans le système plus vaste de la Terre, qui est lui-même dans notre système solaire, qui se trouve également dans la galaxie de la Voie Lactée, et également dans un univers encore plus vaste.

Avec un univers en expansion constante, vous pouvez voir où cela mène - il n’ya pratiquement aucune fin à ces systèmes concentriques.

La source

En tant qu’êtres vivants, notre corps utilise constamment l’énergie des aliments pour maintenir nos systèmes à des températures régulées (environ 98,6 degrés Fahrenheit). Comme cette différence d'énergie thermique entre le corps et l'environnement ne peut pas être détruite comme l'affirme la première loi, que devient-elle après la mort?

Vous l'avez probablement deviné. La chaleur de notre corps se traduit par notre système plus petit dans le système de l'univers. L'idée générale est que les transferts de chaleur des systèmes les plus chauds aux plus froids afin que les deux structures puissent atteindre l'équilibre.

Ceci, bien sûr, dans l’hypothèse où la chaleur du corps est supérieure à celle de l’environnement. Il y a eu des anomalies où la température du corps a réussi à augmenter après la mort (généralement connue sous le nom d’hyperthermie post-mortem), mais c’est tout ce qui reste - des anomalies. La majorité des cas suivent la règle générale.

Certes, la chaleur dégagée est presque insignifiante par rapport à la vaste énergie qui émane des étoiles, des trous noirs et autres qui imprègnent constamment notre univers.

Malheureusement, ce gisement d’énergie thermique n’a aucune particularité sur le défunt. Par exemple, 1 Joule d’énergie provenant du cadavre de Bob n’est pas différent d’un joule d’énergie provenant du corps d’Alex.

L'univers préfère la même monnaie - l'énergie.

Néanmoins, bien que la qualité de l’énergie soit la même, la quantité libérée par les corps varie en fonction de facteurs tels que la graisse corporelle, les vêtements, l’humidité et la température ambiante. Il y a plus de gisements d'énergie à considérer, mais par souci de brièveté, j'éviterai toutefois les avantages de la décomposition pour les formes de vie restantes. C'est le sujet d'un autre essai.

Donc, si vous avez déjà peur de la fugacité de la vie, vous pouvez maintenant vous consoler en sachant que nous continuons à vivre après la fin de la vie, même si vous ne vous considérez pas nécessairement religieux.

Si vous avez aimé cet article, aidez les autres à le trouver en appuyant sur le bouton jusqu'à ce que les cieux tombent. Vous pouvez donner jusqu'à 50