L'application «Co-Star»: astrologie, technologie des médias et univers Hubble

L'application d'astrologie Co-Star: une philosophie Zodiac NASA pour le 21e siècle. L'arrière-plan est une image «Hubble Ultra Deep Field».

Zodiac NASA - un signe des temps pour une espèce perdue dans l'espace? Les investisseurs en capital-risque de la Silicon Valley ont récemment investi 5 millions de dollars dans Co-Star, une entreprise en ligne avec cette philosophie: «Notre puissant moteur de langage naturel utilise les données de la NASA, couplées aux méthodes des astrologues professionnels, pour générer par algorithme des informations sur votre personnalité et votre avenir. L'astrologie met nos corps temporaires en contexte avec l'immensité de l'univers, permettant à l'irrationalité d'envahir nos modes de vie techno-rationalistes. » Co-Star propose également une «application d'astrologie alimentée par l'IA» comprenant des mises à jour de l'horoscope en temps réel ainsi qu'une «personnalisation de pointe». L'astrologie en ligne est en plein essor et Co-Star est à la pointe.

Alors, que devons-nous faire de Co-Star et des autres applications d'astrologie proliférant sur iTunes? Les capitalistes exploitent-ils simplement les espoirs, les peurs et la pseudoscience pour le profit, comme tant de films et d'émissions de télévision? La philosophie techno-irrationnelle de Co-Star n'est-elle qu'un jeu ironique pour les angoisses hipster et les amoureux de la génération Y? Ou Co-Star comble-t-il le vide philosophique de vivre dans le vaste univers de la NASA? Après tout, dans Medium, il y a 10,6K personnes suivant l'astrologie, avec 6,6K suivant l'astronomie!

Graphique du site Web de Co-Star.

Les tendances à long terme alimentent l'astrologie

Le but de cet essai n'est pas de réfuter la «science» de l'astrologie, ce qui a été fait ailleurs (le plus largement par Phil Plait à Bad Astronomy). L'objectif est plutôt de montrer que la popularité croissante de l'astrologie est le résultat de cinq tendances parallèles et paradoxales dans la culture pop, dont la plupart sont négligées pour expliquer les trajectoires culturelles et le sens de la science au 21e siècle.

À partir de 1969 à 1970, il y a la montée des nones après Apollo. Source: Gallup et National Public Radio, 2013.

1) La montée de la non-croyance religieuse au lendemain du programme spatial Apollo.

2) La prolifération en ligne de la pseudoscience et de la culture Alt-Fact.

3) Le tsunami sans cesse croissant de mèmes, d'images et d'informations inondant nos écrans, suggérant principalement que l'humanité est une espèce narcissique et dérangée enfermée dans la guerre tribale alors qu'elle fait des ravages sur sa planète d'origine.

4) Le défi posé au narcissisme humain par la taille et l'échelle sans cesse croissantes de l'univers, comme le révèlent des technologies comme le télescope spatial Hubble.

5) L'échec presque complet de l'art et de la philosophie pour développer un récit significatif et largement embrassé pour l'espèce humaine dans le vaste et majestueux univers dévoilé par la NASA et les astronomes du monde entier - les choses mêmes promises par Co-Star et son application intelligente .

Ces tendances sont alimentées par le spectacle 24h / 24 et 7j / 7 et la toile de fond apocalyptique des perturbations climatiques, de l'extinction des espèces et de l'anthropocène - sur une planète dévalant à travers un cosmos de milliers de milliards de galaxies et d'étirements géants de vides et de vides, tous s'étendant sur 100 milliards de lumière ans. Les humains sont une espèce qui a besoin d'une vision du monde, d'un modèle de l'univers, d'un sentiment de connexion avec leurs origines et leur destin dans le cosmos. Et la vie doit avoir un sens, car nous ne pouvons tolérer le vide de sens, quoi que Nietzsche ait dit. Les systèmes de croyances combleront l'immensité et les vides, et pour les Terriens non attirés par la théologie et davantage orientés vers la laïcité, l'option pourrait bien être l'astrologie. Comme l'illustre Co-Star, c'est l'astrologie en ligne qui relie nos télescopes à nos téléphones, pour transformer le vide de sens dans un vaste univers en signification sur la planète Terre, pour réduire les années-lumière en lumières sur nos écrans.

La croyance du 21e siècle en astrologie; Mère Jones, 2014.

Bien que l'astrologie ne soit pas scientifique, elle puise dans les vides cosmiques et philosophiques révélés par la NASA et le télescope Hubble. Notre espèce est toujours aux prises avec notre non-centralité cosmique, apparemment incapable de gérer un récit qui ne fait pas de nous les étoiles et les guerriers de l'univers - le sens ultime de Star Wars. En l'absence d'une nouvelle philosophie laïque qui relie de manière significative les Terriens à l'univers Hubble, l'astrologie continuera d'exister et de prospérer, remplissant le vide avec la poétique des étoiles et des planètes, même si elle est scientifiquement invalide. Ayant lu trop Sartre et Sagan et vu 2001 beaucoup trop de fois, mon orientation existentialiste-science me montre que l'astrologie n'est pas vraie, mais je peux voir comment le mouvement des étoiles et des planètes fait appel aux besoins humains profonds, un peu comme les scènes de 2001 et les nombreuses images de Hubble.

Maison planétaire de Zodiac NASA, de nombreux Terriens se tournent vers l'astrologie pour accéder aux étoiles.

Pris au piège dans la lueur du ciel des villes électriques, la plupart des gens n'ont jamais vraiment vu le ciel nocturne, la Voie lactée rayonnante regorgeant d'étoiles. Mais la plupart savent que les étoiles et l'univers sont toujours là, comme le montrent la NASA et Hollywood. Si l'art et la philosophie ne sont pas à la hauteur, alors il n'est pas surprenant que de nombreux Terriens téléchargent Co-Star sur leurs écrans - pour sécuriser leur destin quotidien au milieu des étoiles qu'ils voient rarement.

Co-Star et Astrologie

Co-Star existe sur une petite planète avec un héritage astrologique qui remonte à au moins 6000 ans. Comme un instinct primitif, notre espèce a longtemps regardé le ciel nocturne et s'est interrogée sur «notre place» dans l'univers. Qu'est-ce que nous faisons? Où allons-nous? Qu'est-ce que ça veut dire? Sommes-nous seuls? Bien sûr, la science du 21e siècle montre que nos origines sont parmi les étoiles - littéralement, les restes de la supernova explosive à partir de laquelle notre système solaire a évolué au cours de milliards d'années.

Fondateurs Fashionista de Co-Star: Ben Weitzman, Banu Guler, Anna Kopp; tous les trois ont travaillé chez VFiles, un site de médias sociaux / mode basé à New York.

L'astrologie: une religion laïque?

Avant le télescope de Galileo, l'astrologie et l'astronomie étaient la même chose. Quatre siècles de technologie de télescope toujours plus puissante les ont séparés à jamais, bien que l'astrologie soit florissante et soit probablement suivie par plus de personnes que l'astronomie de la NASA, comme le suggèrent les statistiques moyennes citées plus haut.

C'est peut-être parce que l'astrologie a longtemps fonctionné comme une religion laïque, souvent utilisée par des gens sans attrait pour les théologies du monde, si déterminés à adopter un comportement répressif et une domination planétaire. Il est tout à fait possible que les très religieux soient également en astrologie. Mais les Terriens que j'ai connus qui avaient un goût pour l'astrologie n'étaient pas religieux, bien qu'ils voulaient toujours se sentir «spirituels» et connectés au cosmos. Dans la mesure où ils croyaient en l'astrologie, c'était comme une religion ou une mythologie laïque pour la vie quotidienne. Je suppose que cela relève des mythes du Nouvel Âge.

Comme la théologie l'a montré, ce n'est pas parce que quelque chose n'est pas vrai qu'il n'est pas utile, puissant ou significatif. Le mythe et la poétique peuvent être convaincants. Surtout lorsqu'il est alimenté par des données de l'IA et de la NASA! Au lieu de tonner les commandes d'un patriarche dans le ciel, l'astrologie fournit la dope planétaire sur nos destins quotidiens et nos destins à long terme - la signification de nos relations et de nos relations amoureuses, le succès espéré dans nos carrières et la quête folle pour une vie heureuse et significative dans notre existence temporaire. La théologie dit que nous sommes des pécheurs originaux, tandis que l'astrologie nous permet d'être les amoureux et les amateurs de plaisir que nous avons toujours été, des chercheurs de toutes sortes. C'est une des raisons pour lesquelles je prendrai les chercheurs sur les pécheurs, les chercheurs sont bien plus amusants et aventureux, peut-être parce que je suis aussi un chercheur.

Cela dit, la théologie et l'astrologie ont une chose en commun, qui est souvent négligée. Les deux exploitent le narcissisme de l'humanité et le désir de se sentir cosmologiquement super spécial, même si nous savons rationnellement que nous ne sommes pas si super, pas si spéciaux. C'est pourquoi nous avons soif d'un plan, surtout s'il semble ordonné ou céleste. C'est dans les étoiles! Nous aspirons à savoir ce qui est caché, les modèles invisibles qui pourraient être révélés avec la bonne vision et les bonnes technologies. C'est ce que fait l'astronomie, c'est ce que promet l'astrologie. Ainsi, alors que l'astronomie montre que les étoiles sont loin, l'astrologie dit que nous pouvons toujours être des «co-étoiles» avec les étoiles. Téléchargez simplement l'application Co-Star!

Sur le site Web de Co-Star, la grille de l'infini artificiel est une belle touche pour connecter les humains à «l'immensité» en ligne et dans l'espace lointain.

Zodiac NASA: 3 millions de téléchargements

C'est le 21ème siècle et il n'y a pas besoin de boules de cristal et de textes sacrés. Nous avons les données d'Internet et de la NASA, qui offrent une entrée à faible coût dans les profondeurs infinies du Web et de l'espace lointain. En ligne est le monde virtuel, où le réel et l'irréel coexistent, souvent vécus comme la même chose, que ce soit une célébrité sur Terre ou une galaxie lointaine dans une image Hubble. Si Siri et Alexa peuvent nous conseiller quotidiennement, pourquoi pas l'IA pour l'astrologie?

Fondée par trois fashionistas à New York, Co-Star dit qu'elle utilise "les données de la NASA pour savoir exactement où sont les étoiles et une technologie propriétaire pour générer des horoscopes ultra précis." Apparemment, cette philosophie Zodiac NASA fonctionne, malgré le manque de docteurs en astrophysique au sein de l'équipe de gestion. En plus de l'investissement de 5 millions de dollars, Co-Star a été téléchargé trois millions de fois et compte 400 000 abonnés sur Instagram. Des articles récents publiés dans The Atlantic et le New York Times décrivent une nouvelle floraison de l'astrologie, en particulier chez les milléniaux prétendument désenchantés de la vie en ligne et de la transparence des mégadonnées. Selon le New York Times, "l'astrologie a un moment culturel, et pour les investisseurs, qui se traduit par des signes dollar." Il y a de l'argent à gagner et cela va plus loin que d'atteindre les adolescents et la vingtaine, la cible privilégiée de Co-Star.

Apollo 11 et l'ère du Verseau

"Verseau" - c'est mon signe. Quand j'étais petit, ma famille avait l'album classique de la Cinquième Dimension qui contenait la chanson "The Age Aquarius", qui a culminé au numéro 1 pendant six semaines dans les charts Billboard au printemps 1969. J'ai adoré cette chanson, faire encore. Bien qu'écrite pour la comédie musicale de 1967, Hair, c'est deux ans plus tard que l'ère du Verseau atteignit le numéro 1. Que la chanson soit en tête des charts en 1969 n'est pas une coïncidence car c'était l'année de l'atterrissage sur la lune d'Apollo 11 et peut-être le pic de culture hippie - avec Hair en tournée dans le monde, des baby-boomers affluant au concert de Woodstock et Easy Rider en tête des box-office américains et européens cet été-là.

De gauche à droite: Billy Davis, Florence Larue, Lamonte McLemore, Marilyn McCoo et Ronald Townson. Sans aucun doute, McCoo a été l'un de mes premiers coups de cœur! Cliquez ici pour jouer la chanson.

Mettant en vedette les voix célestes de Florence Larue et Marilyn McCoo, The Age of Aquarius a commencé avec les lignes: «Quand la lune est dans la septième maison / Et Jupiter s'aligne avec Mars / Alors la paix guidera les planètes / Et l'amour dirigera les étoiles. " Le reste du groupe s'est joint au refrain «C'est l'aube de l'ère du Verseau». Avec les hippies, le pop art, la musique rock, la mode et la télévision, il semblait qu'un nouvel âge émergeait en effet sur la planète Terre.

Quant à la télévision, Apollo 11 était de loin la première émission, atteignant un milliard de téléspectateurs le jour du moonwalk. Les 20 et 21 juillet, les gens se sont réunis avec des amis et des familles pour regarder les événements se dérouler sur la lune, tel que retransmis dans le monde entier. Imaginez cela: un milliard de personnes contemplant simultanément leurs premiers pas sur un autre objet céleste, tout en regardant la Terre flottant dans l'espace. Un milliard de personnes contemplent soudain nos origines et notre destin comme une seule espèce sur la planète Terre. Lorsque Neil Armstrong a marché sur la lune et a dit: «Un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l'humanité», il semblait que tout était possible pour l'espèce humaine qui s'aventure maintenant dans les étoiles. Beaucoup pensaient que les vues d'Apollon depuis la Terre inspireraient la paix dans le monde, faisant écho à la chanson "Age of Aquarius".

Bien sûr, les réalisations d'Apollo et l'optimisme utopique se sont avérés éphémères. Deux semaines plus tard, la famille Manson s'est déchaînée à Hollywood, tuant la star de cinéma Sharon Tate et six autres, dont une célèbre coiffeuse et l'héritière de la fortune du Folger's Coffee. Woodstock était un désastre managérial, les spectateurs laissant des tas de détritus partout. Au concert gratuit d'Altamont en décembre, un Hell's Angel a tué un adolescent noir tandis que Mick Jagger et les Rolling Stones jouaient «Sympathy for the Devil». Pendant ce temps, la guerre froide et la guerre du Vietnam ont fait rage et le Pentagone a bombardé le Cambodge pour garder les troupes à distance. Voilà pour la paix et l'harmonie sur la planète Terre.

L'Amérique post-Apollo: la montée parallèle de la pseudoscience et de la non-croyance religieuse

2019 marque cinquante ans depuis l'atterrissage sur la lune d'Apollo 11, sans aucun doute l'une des plus grandes réalisations de l'espèce humaine - montrant ce qui est possible lorsque les gens appliquent la raison, la science, la créativité et la bravade dans la poursuite d'objectifs épiques. C'était probablement le summum de l'optimisme scientifique aux États-Unis, le point où la pseudoscience et la non-croyance religieuse ont commencé leur ascension. Bien qu'Apollo 11 soit toujours considéré comme une réussite époustouflante, son héritage et ses effets sont beaucoup plus compliqués. [Non, les atterrissages sur la lune d'Apollo n'auraient pas pu être truqués, comme expliqué ici dans Medium.]

Rock the moon est venu bien avant «Rock the Vote».

Pseudoscience

Dans les décennies qui ont suivi Apollo 11, MTV a arraché les images d'alunissage pour la génération X et Michael Jackson est devenu le moonwalker le plus célèbre de la planète Terre. Les navettes spatiales de la NASA n'ont fait qu'orbiter la Terre et Apollo 11 est devenu un lointain souvenir sur YouTube. Star Wars et «que la force soit avec vous» ont rapidement remplacé «nous venons en paix pour toute l'humanité» comme le récit spatial dominant dans la culture pop. Et il y a eu la montée de la pseudoscience. En 2019, ces croyances étaient détenues par les Américains:

- 24% des Américains pensent que les atterrissages sur la lune étaient un canular perpétré par la NASA pour embarrasser les Soviétiques pendant la guerre froide.

- 41% croient que les anciens extraterrestres ont guidé les terriens depuis des millénaires, sans doute alimentés par la série télévisée à succès, "Ancient Aliens", maintenant dans sa 13e saison.

- 16% des Américains ne sont pas certains que la Terre soit ronde, le nombre étant de 34% chez les 18-24 ans.

- 25% des Américains ne connaissent pas la Terre en orbite autour du soleil.

24% des Américains pensent que les alunissages ont été truqués, sans doute alimentés par les vidéos de conspiration sans fin sur YouTube.41% des Américains pensent que d'anciens extraterrestres ont visité des Terriens. Les enquêtes Chapman montrent que le paranormalisme est en augmentation constante chez les Américains au 21e siècle.Selon YouGov, 16% des Américains ne sont pas sûrs que la Terre soit une sphère, les pourcentages sont plus élevés pour les groupes d'âge plus jeunes. Ma question est la suivante: comment la case en haut à gauche (84%) ne peut-elle pas être à 100%?WTF? Les résultats d'une enquête réalisée en 2014 par la National Science Foundation.

Non-croyance religieuse

Beaucoup de choses ont été écrites sur le déclin de la croyance religieuse dans l'Amérique du XXIe siècle, comme en témoignent diverses enquêtes du Pew Research Center. Les Américains qui n'ont aucune croyance religieuse et / ou aucune appartenance religieuse sont passés à 22,8% en 2014, contre 2% dans les années 1950. Selon Pew, environ 50% des personnes non affiliées sont désenchantées par la religion ou n'ont pas besoin de religion en raison de leurs croyances en la «science» et du manque de preuves pour un créateur. Un autre 20% ont un bœuf contre la religion organisée, tandis que 18% ne sont pas sûrs de leurs croyances et 10% sont inactifs.

À partir de 1969 à 1970, on peut voir la montée des nones après Apollo.

Selon les enquêtes Gallup et la National Public Radio, les «nones» sont restés en dessous de 5% jusqu'au programme Apollo à la fin des années 1960. La montée des nones a commencé avec le lancement de roquettes sur la lune et s'est poursuivie longtemps après la fermeture du programme Apollo.

Alors que les penseurs religieux ont attribué le déclin aux suspects habituels (l'effondrement de la société, la dégradation des valeurs traditionnelles, etc.), les athées ont tweeté des acclamations d'espoir, apparemment inconscients de la possibilité qu'un déclin de la croyance religieuse traditionnelle n'équivaut pas à une montée de la raison, de la science et de l'illumination. Étant donné le paranormalisme croissant en Amérique, ce pourrait être le contraire. Sont-ils simplement désintéressés par la religion? Ont-ils dépassé la religion, sans avoir besoin de la remplacer par une autre vision du monde ou une autre cosmologie? Croient-ils:

- L'espèce humaine a évolué à partir des Simiens sur 4 à 6 millions d'années

- L'univers observable a 13,7 milliards d'années et contient deux trillions de galaxies?

- Notre espèce et notre civilisation sont arrivées ici grâce aux conseils et aux interventions d'anciens extraterrestres?

Ou peut-être que les téléphones mobiles, les discussions sympas, les restaurants branchés et les abonnements Netflix fournissent la drogue quotidienne nécessaire - de sorte qu'ils n'ont pas besoin d'une cosmologie pour eux-mêmes ou pour notre espèce? Dans un univers de deux trillions de galaxies, quelque chose remplira le vide, quelque chose donnera un sens aux humains en les renvoyant au centre de l'univers.

«Le point bleu pâle» - la Terre vue à quatre milliards de kilomètres. Photographie par Voyager 1 spacecraft≥

Co-Star et NASA: Exo-Media et Cool Media

En prétendant accéder aux données de la NASA, Co-Star exploite la puissante signification symbolique de la NASA dans la conscience de la culture pop. Après la fin du programme Apollo, la NASA a lancé le vaisseau spatial Voyager et le télescope Hubble. Voyager a cartographié les planètes extérieures et a maintenant quitté le système solaire, mais pas avant de prendre la photographie de 1990 du «Point bleu pâle». Le télescope Hubble a été lancé en 1991 et a depuis aidé à cartographier un univers époustouflant. Voyager et Hubble font partie des couches de technologie médiatique qui s'étendent de la conscience humaine à la planète Terre, s'étendent au système solaire et parcourent l'univers.

Le graphique ci-dessus illustre un projet de théorie des médias beaucoup plus vaste développé par Julia Hildebrand et moi-même. Il s'agit de la seule philosophie médiatique à couvrir toute la gamme des technologies médiatiques, tout en réinterprétant radicalement les médias «chauds» et «froids» de McLuhan. De toute évidence, ces couches et technologies se chevauchent et sont interconnectées.

Comme l'illustrent Voyager et le télescope Hubble, les principales technologies de la NASA sont des exo-médias - des technologies qui détournent leur regard des activités humaines, de la Terre et de l'univers. Les exemples incluent les télescopes spatiaux, les sondes spatiales et de nombreux télescopes terrestres à travers le monde, tels que l'Atacama Array, Very Large Array, Kitt Peak National Observatory, European Southern Observatory et Event Horizon Telescope (EHT), qui a capturé la première image d'un trou noir la semaine dernière.

Pendant ce temps, nos téléphones intelligents sont des ego-media, des technologies qui concentrent leur regard principalement sur les activités humaines - l'individu et le collectif, le soi et l'autre. Les ego-media couvrent tout, des peintures rupestres au cinéma, de la télévision aux tablettes, des smartphones aux réseaux sociaux. Ils incluent également des applications, qui se concentrent presque exclusivement sur les humains. Les ego-médias sont ce que Julia et moi appelons des «médias chauds» - des médias qui favorisent un regard intérieur, avec un sujet et des objets vus à proximité les uns des autres (en ligne et sur les écrans). Les médias chauds traitent des densités plus élevées d'événements, d'énergie et d'humains, donc une friction élevée. Dans une telle proximité, les entités peuvent se frotter ou s'écraser les unes contre les autres. Accélération, réactions rapides, boucles de rétroaction instantanée. Pas étonnant que tant de gens se tournent vers l'astrologie au milieu du chaos médiatique!

Les exo-médias sont ce que nous appelons des «médias cool» - qui traitent des densités plus faibles, des frictions plus faibles, de la distance, de la dérive, de l'errance, de l'émerveillement, du wow. Les températures sont plus basses, les températures sont plus fraîches. Tout ce qui est chaud là-bas (comme les étoiles, les trous noirs et les supernovas) est entouré par le froid, le vide, l'entropie vers le zéro absolu. Big bang au grand frisson. Espace profond, avenir profond. Pas étonnant que tant de gens se tournent vers les événements terrestres pour leur sens et leur but.

Les exo-médias présentent un récit universel pour l'espèce humaine, tandis que les ego-médias permettent un récit narcissique pour les individus et l'espèce humaine. Comme Devlynn Deitrick (une ancienne étudiante diplômée de ma classe) l'a souligné dans son article de recherche: «l'astrologie fait le lien entre le froid et le chaud». Ce que Co-Star fait avec son application, c'est de transformer les exo-médias cool (données des télescopes de la NASA) en ego-médias chauds (astrologie sur un téléphone), où l'histoire cosmique revient à l'individu sur la planète Terre. Le vide sera comblé.

Nietzsche, la NASA et les étoiles

Nietzsche a déclaré que l'humanité est «une corde au-dessus d'un abîme» - brisant le vide entre notre passé de singes et notre avenir de super-êtres. Pourtant, la plupart restent terrifiés par le vide, la distance que nous avons découverte entre nos origines et notre destin. C'est encore plus vrai au 21e siècle, car la NASA et l'astronomie ont révélé un abîme cosmique bien plus grand que tout ce que Nietzsche imaginait.

À la suite du programme Apollo, l'espace et l'univers en tant que sources de connaissances philosophiques sur la vie humaine sur Terre ont été largement abandonnés dans le discours populaire, sauf par l'astrologie. Bien sûr, il y a les franchises de films Star Trek et Star Wars et des films comme Interstellar, qui met en garde contre le destin écologique de l'avenir humain. Mais en dehors du domaine de l'astrologie, l'espace extra-atmosphérique est largement considéré comme un endroit où la NASA et les télescopes du monde révèlent des images sympas sans rapport avec la vie humaine ou la signification sur Terre.

C'est comme si le vaste univers et une philosophie de vie sur Terre étaient séparés de milliards d'années-lumière. Nous sommes confrontés au paradoxe de nos plus grandes réalisations intellectuelles - nous avons découvert un univers vaste et majestueux dans lequel nous sommes insignifiants et peut-être dénués de sens en tant qu'espèce. C'est le défi philosophique de l'univers Hubble: relier la splendeur du cosmos à notre petitesse et à notre intelligence.

Dernière scène de 2001: le film qui a traversé l'abîme de Nietzsche.

Mis à part 2001: A Space Odyssey, il y a très peu d'art qui nous relie au mystère et à la majesté de l'univers. Alors que la science et l'astronomie font des découvertes époustouflantes, les scientifiques sont des philosophes boiteux (à part Carl Sagan) et la plupart des arts ressemblent à de l'exhibitionnisme axé sur l'ego, du narcissisme au regard du nombril ou à des boucles sans fin de drames et de conflits humains (comme Hollywood et les jeux vidéo) . Pour l'instant, l'astrologie est le seul système de pensée qui promet de relier une vie humaine significative aux étoiles dont nous sommes issus. C'est pourquoi Co-Star fera probablement des millions sur la poétique des mouvements planétaires.

La poétique est essentielle, car l'art et l'esthétique sont au cœur de l'existence et de la conscience humaines, ainsi que du besoin de se sentir connecté à des récits plus vastes. Comme je l'ai souligné dans Medium, nous avons besoin d'une nouvelle philosophie laïque qui couvre l'abîme - une «explosion de conscience» - une vision du monde qui embrasse le sens de la beauté et de l'immensité du cosmos, ainsi que notre place réelle en lui. Quand allons-nous avoir une philosophie digne de vivre dans cet univers? Après tout, notre corps est composé des éléments les plus courants du cosmos - l'hydrogène, l'oxygène, l'azote et le carbone, toutes les matières des étoiles.

______________

Le livre le plus récent de Barry Vacker est Black Mirror et Critical Media Theory (2018), co-édité avec Angela Cirucci. Barry a également écrit Spectre of the Monolith (2017), qui présente une nouvelle philosophie laïque inspirée de 2001: A Space Odyssey.