Par Jill Neimark

En 1962, le physicien et historien Thomas Kuhn proposait que la science progresse non seulement par l’accumulation et l’analyse graduelles des connaissances, mais aussi par les révolutions périodiques en perspective. Les anomalies et les incongruités qui auraient pu être ignorées au départ font basculer un domaine en crise, a-t-il expliqué, pour finalement imposer un nouveau cadre scientifique. Copernicus, Darwin, Newton, Galilée, Pasteur ont tous dirigé ce que Kuhn a appelé un «changement de paradigme».

Thomas Kuhn est le héros de Claudia Miller. Immunologiste et expert en santé environnementale à la faculté de médecine de l'Université du Texas à San Antonio, et…